Quel lieu chargé de vie, de quiétude et de créativité ! - Livre d 'or 2012 - Longue vie et bravo Jean ! Kevin. - Livre d 'or 2012 - La vie en grand. Merci Jean, je ne t’ai pas connu et tu me manques déjà. Belle route à toi. Sébastien. - Livre d 'or 2012 - Un voyage dans l’œuvre d’une vie qui doit absolument rester une œuvre pour la vie. Florent. - Livre d 'or 2012 - Jean, vous avez embrassé la vie du monde entier. Line et Michel. - Livre d 'or 2012 - Lieu magique, beaucoup de lectures possibles, une telle lumière et de telles couleurs ! Donne à réfléchir. Que ce lieu vive longtemps ! Marie-Christine. - Livre d 'or 2012 - Quelle belle œuvre, admiration devant la passion de cet homme. Ce lieu ne doit pas disparaître. - Livre d 'or 2012 - Cela fait la quatrième fois que je viens ici ; gaieté, surprise, richesse, beauté sont toujours au rendez-vous. - Livre d 'or 2012 - Ce serait injure à la culture que cette œuvre ne soit pas entretenue. - Livre d 'or 2012 - Plusieurs visites déjà toujours avec des amis à qui nous faisons découvrir l’œuvre et l’artiste. Il faut que ce lieu continue à vivre. - Livre d 'or 2012 - Que ce lieu sacré perdure au sein de cette région. Agréable visite. A conserver ! - Livre d 'or 2012 - Une agréable visite dans le musée, merci d’ouvrir vos portes aux inconnus, merci de nous donner un peu de bonheur. Victoria de Paris - Livre d 'or 2012 - est

T citation 

 

A la fois potier, sculpteur, peintre et bâtisseur, Jean Linard commence en 1984 ce qu’il appelle d’abord une chapelle, puis une église et qui deviendra la Cathédrale. Un monument auquel il consacrera une grande partie de ses vingt-six dernières années et dont il disait que c’était « La cathédrale la plus haute du monde, puisque c’est le ciel qui en est le toit ».

 

Jeunesse

Né le 11 Juin 1931 à La Marche, dans la Nièvre en Bourgogne, Jean Linard fréquenta l'école communale de son village jusqu'à quatorze ans, puis sur les conseils de son institutrice, il s’inscrivit en 1945 à l'école Estienne à Paris, section gravure. Il habitait alors chez sa mère qui travaillait et vivait à Paris. Il revenait à La Marche pendant les vacances et allait souvent jusqu'à La Borne voir les potiers.

Jusqu’en 1959 il exerça le métier de graveur à Paris, où il épousa Andrée Thumerelle qui allait devenir la mère de son premier fils, le verrier Joël Linard (1954-2003).

 

suivant>>

 

comments
Go to Top